Les Nations unies doivent faire respecter les droits du peuple sahraoui

Dakhla (Camps de réfugiés sahraouis), 12 oct 2021 (SPS) Le président de la Fédération des institutions de solidarité avec le Sahara occidental (Fedissah), Carmelo Ramirez, a affirmé, mardi au camp de Dakhla des réfugiés sahraouis, que les Nations unies doivent faire respecter les droits individuels et collectifs du peuple sahraoui.

Il a appelé les Nations unies à faire respecter ces droits, conformément aux chartes et textes internationaux, et d'organiser au plus tôt un référendum, libre et honnête, qui garantit au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination et à l'indépendance.

S'exprimant à l'APS en marge de la célébration du 46ème anniversaire de l'Unité nationale sahraouie, M. Ramirez a fait part de sa "profonde solidarité avec le peuple sahraoui dans sa lutte pour le recouvrement de son droit à l'autodétermination''.

Le président de la Fedissah a interpelé, en outre, la communauté internationale, dans la conjoncture actuelle, à œuvrer afin de faire cesser les violations des droits des détenus politiques sahraouis dans les geôles marocaines, et de libérer immédiatement tous les prisonniers et détenus politiques sahraouis.

"La célébration de l'anniversaire de l'Unité nationale sahraouie intervient cette année dans des conditions caractérisées par le retour du peuple sahraoui à la lutte armée pour recouvrer ses droits'', a souligné M. Ramirez.

Et d'ajouter qu'il existe ''des droits universellement reconnus concernant le peuple sahraoui et des droits reconnus à travers la récente décision de la Cour européenne de justice, après l'échec de la stratégie marocaine visant une reconnaissance internationale de sa prétendue souveraineté sur le Sahara occidental''.

''Notre présence aujourd'hui à cette célébration de l'anniversaire de l'Unité nationale sahraouie traduit notre soutien continu à la cause sahraouie, après une éclipse de deux années imposée par la pandémie du Covid-19, et marque notre position aux côtés du peuple sahraoui dans sa lutte pour son droit inaliénable à la liberté et à l'indépendance et le retour à son pays libre'', a-t-il assuré.

Le président de la Fedissah a salué, par ailleurs, ''les efforts de l'Algérie et son rôle crucial dans la recherche d'un règlement à cette question, à travers son appui continu et inconditionnel pour une solution juste au conflit''.

Aussi, a-t-il poursuivi, ''il est impératif aujourd'hui pour les Nations unies d'adopter des décisions rigoureuses pour stopper le projet expansionniste marocain et mettre fin aux violations caractérisées commises à l'égard du peuple sahraoui dans les territoires occupés''.

Carmelo Ramirez a appelé aussi la communauté internationale à ''reconnaitre le combat mené par la militante Sultana Khaya dans la région de Boudjdour occupée, ainsi que par les militants sahraouis qui revendiquent le droit à une vie décente dans leur pays, libre et indépendant''.

Il a également démenti les allégations marocaines, colportées par les médias de ce pays, sur de prétendues conditions d'insécurité et de vie difficile dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, assurant à ce propos que ''les réfugiés sahraouis dans ces camps de la fierté et de la dignité vivent dans de bonnes conditions''.

Des allégations qui traduisent, conclut M.Ramirez, ''l'échec de la stratégie du régime marocain''. (SPS)

020/090/700