Des organisations protestent contre la vente d'un navire de guerre espagnol au Maroc

Madrid, 19 mars 2021 (SPS) Douze organisations à caractère juridique et sociale ont dénoncé jeudi la vente d'un navire de guerre espagnol  à la marine marocaine, estimant qu'une telle transaction contrevenait à la législation espagnole sur le commerce des armes et au droit international.

Une lettre de protestation a été déposée par ces organisations auprès du ministère espagnol de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme pour réclamer l'interruption de cette opération de "vente illégale" d'un navire de patrouille à haute altitude (OPV).

Le navire en question devrait être construit  par la société publique Navantia, précise la même source, ajoutant que l'annonce en rapport avec la transaction a été faite, le 8 janvier dernier, par la ministre des Finances, Maria Jesus Montero.

Les organisations en question considèrent que la vente du navire de guerre "s'inscrit dans le cadre de la reprise du conflit armé entre le Maroc et le Front Polisario, et de l'intensification de la répression marocaine contre la population civile sahraouie dans les zones occupées du Sahara occidental, confirmée par les organisations de défense des droits humains et dont le gouvernement allemand a fait écho ces derniers jours".

Selon elles,  l'administration espagnole est censée "refuser les autorisations d'exportation de matériel militaire vers le Maroc conformément à la loi 53/2007 du 28 décembre 2007, au décret royal 679/2014 (qui intègre également les limitations prévues dans la réglementation internationale) et à l'application de la position commune 2008/944/PESC approuvée par le Conseil de l'Union européenne le 8 décembre 2008".

Par ailleurs, "la vente du navire viole également la responsabilité juridique de l'Espagne en tant que puissance administrante du territoire non autonome du Sahara occidental, reconnue par les Nations Unies et la justice espagnole et européenne elle-même", assurent les mêmes organisations.

Elles citent également l'engagement exprimé dans une déclaration officielle, le 13 novembre 2020, par le ministère des Affaires étrangères espagnol de "soutenir l'ONU pour garantir un cessez-le-feu au Sahara occidental".

"La guerre entre le Maroc et le Front Polisario, conséquence de la rupture du cessez-le-feu de 1991 par l'armée marocaine dans la zone tampon d'El Guerguerat, menace la stabilité de la région en raison de son éventuelle extension à la frontière avec la Mauritanie, déjà victime d'attaques des forces marocaines qui ont confondu ses troupes avec celles du Front Polisario", expliquent-elles encore.

D'autre part, la lettre de protestation rappelle que "le retour aux hostilités est une préoccupation exprimée par l'Union africaine lors de son Assemblée extraordinaire du 6 décembre, et que la société publique espagnole Enaire, en charge de la gestion de la navigation aérienne, a déconseillé de survoler le Sahara occidental".

Il est souligné aussi que "l'achat d'armes par le Maroc est une question sensible, compte tenu de ses intérêts expansionnistes, qui atteignent les eaux des îles Canaries, et de sa situation économique précaire, deux facteurs contraignants dans les réglementations nationales et internationales pour autoriser ces exportations".

Cette lettre de protestation fait suite à la manifestation organisée le 27 février au siège de Navantia à Cadix par la population sahraouie de la diaspora et le mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui. (SPS)

020/090/700