Le président algérien rappelle la position constante de son pays vis-à-vis de la cause de décolonisation au Sahara Occidental

Alger, 09 mars 2021 (SPS) Le Président algérien, Abdelmejid Tebboune a rappelé la position constante de l'Algérie vis-à-vis de la cause de décolonisation au Sahara Occidental, soulignant que "l'Afrique qui a combattu l'occupation européenne et imposer la fin de l'Apartheid, ne saurait en aucun cas accepter la poursuite de la colonisation dans l'une de ses contrées.

Intervenant à une réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA au niveau des chefs d'Etats et de Gouvernements, à l'invitation de son homologue kenyan, Uhuru Kenyatta, en sa qualité de président du CPS pour le mois en cours, le président algérien a mis en avant la nécessité impérieuse de mettre fin à ce conflit, préconisant le retour aux principes fondateurs de l'Organisation continentale, notamment les dispositions de l'article 4 de l'Acte constitutif de l'UA sur le respect des frontières héritées à l'indépendance.

Le débat entre les chefs des 15 Etats membres du CPS a été l'occasion de rappeler les références historiques et juridiques relatives à la question sahraouie et de réaffirmer l'impératif de redynamiser et renforcer le rôle de l'UA pour mettre fin aux résidus du colonialisme dans le continent.

Les intervenants ont exprimé leur profonde préoccupation face à la reprise des hostilités entre les deux Etats membres de l'UA, condamnant la violation par la partie marocaine de l'accord de cessez-le-feu et les graves atteintes aux droits humains dans les territoires sahraouis occupés ainsi que l'exploitation illégale des richesses naturelles du peuple sahraoui.

Les délibérations entre les dirigeants africains ont conclu à une série de dispositions et mesures susceptibles d'insuffler une dynamique aux efforts de l'UA dans le règlement de la cause sahraouie.

Ainsi, les deux parties en conflit ont été appelés à un retour rapide à la table de négociations en vue de la cristallisation d'une solution politique et pacifique sur la base des dispositions de l'article 4 de l'Acte constitutif de l'UA. Il a été souligné, à ce propos, que la décolonisation du Sahara occidental doit être envisagée en permettant au peuple sahraoui d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance.

Le rôle du CPS dans le suivi de la question sahraouie a été mis en avant à travers la tenue, d'au moins, de deux sommets par an en vue de suivre les développements du dossier et réactiver le rôle du Haut représentant de l'UA chargé de la question du Sahara Occidental, qui aura pour mission d'établir des contacts avec les deux parties en conflit.

Les dirigeants africains ont convenu, en outre, de l'activation du rôle de la Commission de haut niveau des chefs d’Etats et de gouvernements sur la question du Sahara Occidental et la consultation du Conseiller juridique de l'UA sur les "consulats" ouverts dans les territoires occupés.

Par ailleurs, la Commission a été chargée de prendre les mesures adéquates pour la réouverture du bureau de l'UA dans la ville de Laâyoune occupée en vue de lui permettre de s'acquitter de son rôle.

Un appel a été lancé pour l'accélération de la nomination d'un Représentant personnel du SG de l'ONU et la relance du processus politique du règlement du conflit au Sahara Occidental. (SPS)

020/090/700