La position de Trump au sujet du Sahara occidental est sans valeur juridique"

Washington, 21 déc 2020 (SPS) La reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental "n'aura aucune valeur juridique", a soutenu le professeur Jacob Mundy, agrégé d'études sur la paix et les conflits à l'université de Colgate (Etats-Unis).

"Tout comme pour la reconnaissance de l'administration Trump du contrôle d'Israël sur le Golan et El Qods occupé, la proclamation de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental n'aura aucune valeur juridique et ne changera en rien le statut de ce territoire que la Cour internationale de justice ainsi que la Cour européenne, l'Union africaine et l'ensemble des résolutions pertinentes de l'Organisation des Nations unies considèrent occupé", a indiqué l'universitaire dans une tribune publiée dans le Washington Post.

Dans son article intitulé "Les Etats-Unis ont reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, voici ce que cela signifié", le Professeur  Mundy a estimé, néanmoins, que la décision de Trump compliquait les chances de la résolution du conflit "car elle invite à des ‘contre-ingérences’ de la part de la Russie qui s'est de plus en plus prononcée dans son opposition au leadership américain au Conseil de sécurité en ce qui concerne le Sahara occidental, s'abstenant à plusieurs reprises lors des votes sur une question qui avait été gérée par consensus pendant près de trois décennies".

Concernant l'attitude du futur locataire de la Maison-Blanche, l'universitaire estime que "laisser la proclamation de Trump intacte pourrait encourager davantage le Maroc à continuer de bloquer toutes les initiatives diplomatiques qui impliquent des plans d'autodétermination pour le Sahara occidental".

Il a attiré, en outre, l'attention sur le fait que "l'enchevêtrement de la proclamation de Trump avec la reconnaissance marocaine d'Israël- dans la foulée de la reconnaissance formelle d'Israël par les Emirats arabes unis, Bahrein et le Soudan- signifie qu'il sera difficile pour toute l'administration américaine de revenir en arrière, étant donné le fort soutien bipartite à Washington à la normalisation des relations arabo-israéliennes". (SPS)

020/090/700