Sahara Occidental: l'absence du Maroc de la séance du Conseil de paix et de sécurité de l'UA un "échec pour son premier test" (ambassadeur)

Alger, 22 mars 2017 (SPS) L'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) auprès de l'Algérie, Bouchraya Hammoudi Bayoune, a  appelé l'Union africaine (UA) à s'investir d'avantage dans la résolution de la cause sahraouie, estimant que l'absence du Maroc de la séance du Conseil de paix et de sécurité de l'UA constituait un "échec pour un premier test" après son adhésion à l'UA.

"L'ONU n'a toujours pas réussi à trouver une solution juste au conflit sahraoui qui dure depuis 40 ans", a précisé Bouchraya Hammoudi Bayoune lors d'une conférence de presse organisée par la commission sahraouie des droits de l'Homme.

"Les autorités sahraouies sont disposées à négocier à nouveau avec  l'occupant marocain pour faire sortir le conflit sahraoui de l'impasse",  a-t-il ajouté. Une situation qui a poussé, selon l'intervenant, les dirigeants et le peuple sahraouis à revendiquer une accélération du  processus de décolonisation du Sahara Occidental.

L'ambassadeur sahraoui a estimé que le Conseil de sécurité de l'ONU était responsable des violations des droits de l'Homme au Sahara Occidental et des spoliations de ses ressources naturelles, en raison du droit de véto auquel a recours la France pour empêcher toute résolution du conflit en vue de protéger ses propres intérêts et ceux du Maroc.

Selon l'ambassadeur sahraoui, les autorités sahraouies estiment que la cause du Sahara Occidental était désormais "africaine" plutôt qu'onusienne, ce qui nécessite une implication plus accrue de l'UA dans la résolution du conflit.

S'agissant de l'absence du Maroc à la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'UA, Bouchraya Hammoudi Bayoune a estimé que cela constituait un "échec" pour son premier test après son adhésion à l'organisation panafricaine et que cela dénotait de son indisponibilité à coopérer pour la résolution du conflit par peur des pressions que pourrait exercer l'UA.

L'absence du Maroc est contradictoire avec les déclarations du Roi Mohamed VI lors du dernier sommet de l'UA qui s'est tenu en janvier, dans lesquelles il a souligné l'intention de son pays à coopérer de manière constructive avec l'UA pour instaurer la paix, la sécurité et la stabilité dans le continent, a rappelé le diplomate sahraouie.

Le Maroc qui s'est engagé à respecter l'Acte constitutif de l'UA se trouve  dans l'obligation d'assister aux côtés du Sahara occidental aux séances du Conseil de paix et de sécurité de l'UA pour répondre aux préoccupations de ses membres.

Si le Maroc persiste dans sa politique d'obstination, l'UA pourrait remettre en cause sa qualité de membre ou imposer des sanctions contre Rabat, a-t-il conclut. (SPS)

020/090/700 221955 MARS 017 SPS