Le Comité belge exprime son plein soutien aux manifestants à El Guerguerat

Bruxelles, 30 oct 2020 (SPS) Le Comité belge de soutien au peuple sahraoui a exprimé son plein soutien et solidarité avec les Sahraouis qui manifestent pacifiquement depuis le 19 octobre dans la région d'El-Guerguerat à proximité du "mur de la honte" contre les violations de l'occupant marocain.

Le comité a, dans un communiqué parvenu à SPS, renouvelé son appel aux Nations Unies et au Conseil de Sécurité pour qu'ils respectent leurs engagements et redoublent d'efforts pour éviter toute détérioration de la situation, en commençant par nommer un nouvel envoyé personnel au Sahara occidental et en forçant le Royaume du Maroc à mettre immédiatement en œuvre le processus d'autodétermination confié à la MINURSO.

Pour la onzième journée consécutive de manifestations pour protester contre l'occupation, les violations des droits de l'homme au Sahara occidental occupé et la passivité de la communauté internationale, les Sahraouis ont appelé samedi à mettre un terme à la souffrance inacceptable du peuple sahraoui face au silence de l'ONU notamment dans les villes sahraouies occupées.

Ils ont exigé de dévoiler le sort des disparus et la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis détenus dans les geôles marocaines. Plusieurs associations européennes ont lancé un appel à l'ONU pour fermer immédiatement la brèche illégale à El-Guerguerat.

Dans ce sens, l'Association des comités d'amitié avec le peuple sahraoui d'Europe centrale et orientale a appelé les Nations unies à fermer immédiatement la brèche illégale d'El-Guerguerat et la mise en œuvre sans retard du processus d’autodétermination confié à la mission de l'ONU pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso).

Les comités ont souligné que la Minurso doit se conformer au mandat qui lui a été confié, demandant à la mission onusienne de "cesser d'empêcher les civils sahraouis de manifester pacifiquement contre l'occupation marocaine de leur pays et le pillage de ses ressources naturelles".

Les ONG ont également critiqué "le comportement de certains membres de la Minurso, agissant en tant que police de la circulation dans la brèche illégale pour faciliter le transit et le commerce".

De son côté, le Comité suédois de solidarité avec le peuple sahraoui a appelé le Conseil de sécurité à obliger le Maroc à fermer la brèche illégale dans le mur de la honte dans la région d'El-Guerguerat où des Sahraouis manifestent pour demander à la Minurso d'assumer sa responsabilité face aux violations marocaines.  

Le Comité a souligné que "le Maroc a de facto déplacé ses frontières légales internationalement reconnues vers le sud de 800 km pour inclure des territoires du Sahara occidental", exprimant à cet égard son soutien aux activistes sahraouis présents à El-Guerguerat pour exiger la fermeture de la brèche illégale qui contribue au trafic de drogue ainsi que les transferts de ressources naturelles pillées depuis les parties occupées du Sahara occidental.

Le président du Comité suédois de solidarité avec le peuple sahraoui, Jan Stromdahl, a exprimé sa "solidarité avec les Sahraouis" qui manifestent pour demander aux Nations unies d'organiser sans délai le référendum d'autodétermination et de fermer la brèche d'El Guerguarat créée par le Maroc en violation de l'accord de cessez-le-feu. (SPS)

020/090/700