Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation

El-Ayoune (capitale occupée du Sahara occidental), 28 mai 2020 (SPS) L'Association pour le contrôle des ressources naturelles et la protection de l'environnement du Sahara occidental a dénoncé les pratiques de certaines multinationales qui persistent à nourrir l'occupation marocaine en adoptant de nouvelles méthodes pour continuer à piller les ressources naturelles du Sahara occidental.

"Malgré les jugements et les résolutions, certaines multinationales persistent à continuer de nourrir l'occupation, à saper le processus de paix et, d'autre part, à contribuer à prolonger les souffrances subies par le peuple sahraoui pendant près d'un demi-siècle", a souligné l'Association dans un communiqué.

Elle a, en outre, dénoncé la poursuite de ses pratiques illégales, "malgré l'Avis claire de la Cour internationale de Justice (CIJ) du 16 octobre 1975, qui a confirmé que les preuves présentées par le Maroc ne lui confèrent pas la souveraineté sur le territoire sahraoui, ainsi que deux résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies, 37/34 du 21 novembre 1979 et 19/35 du 11 novembre 1980, qui exigeait que le Maroc mette fin à son occupation au Sahara occidental, après les récentes décisions de la Cour de justice des Communautés européennes sur 16 décembre 2016 et 27 février 2018, dans lesquels ils ont établi, sur la base de ce qui précède, que le Maroc et le Sahara occidental sont des entités séparées et distinctes".

L'Association sahraouie pour le contrôle des ressources naturelles a révélé qu'elle a surveillé trois navires étrangers dans le port de la ville occupée d'El-Ayoune impliqués dans l'exploitation illégale des ressources du peuple sahraoui, expliquant que ces trois navires situés dans le port d'El-Ayoune sont spécialisés dans l'expédition de phosphates de la région vers divers pays comme la Nouvelle-Zélande et l'Inde. (SPS)

020/090/700