Le Polisario appelle le Conseil de sécurité à peser de tout son poids pour faire avancer les négociations

New York, 01 nov 2018 (SPS) Le Front Polisario a appelé le Conseil de sécurité à peser de tout son poids pour faire avancer le processus de négociations directes qui devrait permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination.

"Il incombe maintenant au Conseil de sécurité de peser de son poids collectif pour faire avancer les négociations directes entre les deux parties en vue de permettre à notre peuple d'exercer librement et pleinement son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance", souligne le représentant sahraoui à l’ONU, Sidi Mohamed Omar, dans une déclaration au nom du Front Polisario, rendue publique à l'issue du vote prorogeant le mandat de la MINURSO de six mois.

Le Front Polisario "prend acte de l’appel lancé par le Conseil de sécurité aux deux parties au conflit (le Maroc et le Front Polisario) pour reprendre les négociations sous les auspices du secrétaire général sans conditions préalables et de bonne foi en vue de parvenir à une solution juste, durable mutuellement acceptable, qui pourvoit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental", a ajouté Sidi Mohamed Omar.

La partie sahraouie "prend également note de l’adoption de la résolution 2440 par laquelle le Conseil a prorogé le mandat de la MINURSO de six mois".

Le représentant sahraoui a rappelé que le territoire non autonome du Sahara occidental est occupé illégalement par le Maroc depuis le 31 octobre 1975, une date qui a coïncidé mercredi avec la l’adoption de la résolution sur la MINURSO.

Dans l’attente d’un règlement définitif du conflit au Sahara Occidental, "Il est essentiel, que le Conseil de sécurité maintienne sans ambiguïté le statut juridique du territoire et préserve son intégrité territoriale, tel que demandé à maintes reprises par l'Union africaine", a souligné le diplomate sahraoui.

"Le Front Polisario, dont la raison d'être est de défendre les droits inaliénables et sacro-saints du peuple sahraoui et ses aspirations nationales, n'acceptera rien d’autres que le plein respect du droit inaliénable de notre peuple à l'autodétermination et à l'indépendance", a-t-il affirmé.

Le Front Polisario a rappelé que ses engagements en matière de cessez-le-feu reposaient sur les accords conclus avec la MINURSO, y compris l'accord militaire No 1 de 1997, liant les deux parties dans le cadre de la mise en œuvre du cessez-le-feu de 1991.

"Il est donc essentiel que le Conseil de sécurité veille au plein respect des termes de l'accord de cessez-le-feu et de l'accord militaire No 1, qui font partie intégrante du plan de règlement des Nations unies et constituent donc les piliers du processus de paix des Nations Unies au Sahara occidental", a -t-il souligné.

"Le Conseil de sécurité devrait également veiller à ce que la MINURSO opère conformément aux normes de base et aux principes généraux applicables aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies", a-t-il également indiqué.

"La Mission doit être dotée d’un mandat de surveillance des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés, où les violations bien documentées sont devenues endémiques", a plaidé Sidi Omar, relevant qu’il est urgent que "le Conseil de sécurité demande au Maroc de s'abstenir de toute action déstabilisatrice dans les territoires occupés et de mettre fin au pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental". (SPS)

020/090/700