Sahara occidental: quarante et une années de guerre, d’exil et de détermination, "c’est très long" (AARASD)

Paris,  27 fév 2017 (SPS) L’Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique (AARASD) a affirmé lundi à Paris que "41 années de guerre, d’exil et de détermination, c’est très long" pour le peuple sahraoui qui attend la concrétisation de son droit à l’autodétermination.

"Quarante et une années de guerre, d’exil et de détermination pour faire aboutir son (peuple sahraoui) droit à l’autodétermination et à l’indépendance, inscrit dans les +tables de la loi+ des Nations unies, c’est très long", a soutenu l’association à l'occasion de la célébration lundi du 41e anniversaire de la proclamation de la RASD.

Pour cette ONG, cette longue période de lutte "est le témoignage du courage et de l’engagement d’un peuple et de ses dirigeants pour mettre en œuvre quel qu’en soit le prix, leur histoire dans un pays enfin indépendant", soulignant que "l’AARASD n’a pas cessé en France, depuis la proclamation de la République sahraouie en exil, le 27 février 1976, de soutenir la lutte des Sahraouis et du Front Polisario, son représentant légitime, au nom de valeurs et de convictions toujours partagées".

"Les efforts de la RASD pour créer des institutions, construire un Etat démocratique qui permet à tous d’accéder aux mêmes droits, école, santé, alimentation de base, alors que l’exil impose depuis quarante et un an manques et précarité, sont vraiment à souligner et à soutenir", a-t-elle affirmé, se réjouissant "des succès remportés par la RASD ou par le Front Polisario au niveau international et particulièrement européen, qui rendent de plus en plus vain l’entêtement marocain à ne céder sur rien".

Pour elle, la réaction "très maîtrisée" des responsables sahraouis face aux provocations marocaines dans la zone tampon du Sud, à Al Guergarat, "témoigne de leur volonté de toujours rechercher une solution pacifique, même si le retour à la lutte armée revient au-devant de l’actualité, tant l’impatience d’aboutir à l’indépendance gagne les esprits", regrettant toutefois la déclaration du porte-parole du ministère français des Affaires étrangères qui, "tout en renouvelant son appui aux efforts de l’Onu, rappelle son choix en faveur de la solution marocaine de l’autonomie".

Elle a estimé que ceci bloque "clairement" toute avancée de l’autodétermination prévue par le Plan de paix de 1991, annonçant qu’elle va interpeller les candidats à l’élection présidentielle française "sur la future position française et sur le respect du droit international".(SPS)

020/090/700 271900 FEV 017 SPS